7 initiateurs ski de rando CAFGO en recyclage à Arêches

le 20 décembre 2019 , par Bernard POULIQUEN , 543 vues

Les 13 et 14 décembre, nous étions 7 encadrants à passer le week end à Arêches dans une météo très contrastée. Je ne vais pas vous faire un compte rendu humoristique ou léger, mais plutôt dans le genre sérieux où on se concentre jusqu'au bout. Donc si la journée a été longue, remettez à demain la lecture ....

 

Notre brevet d'initiateur nécéssite un recyclage tous les 5 ans pour se maintenir à niveau dans l'encadrement de sorties et ....en 5 ans, les connaissances ont évolué et ....nos compétences se sont émoussées.

Rencontre approfondie avec un membre du PGHM, Atelier en salle sur la conduite de course, Exposé sur les derniers DVA, encordement sur glacier et surtout conduite de course sur le terrain:tel était le menu du recyclage d'Arêches cette année qui regroupait une cinquantaine d'initiateurs ski alpinisme ou ski de randos avec 5 instructeurs, un guide, un gendarme et un fabricant.

Nous allons insister sur quelques éléments clés, préoccupations de l'encadrant, coulisses de l'encadrement qui méritent d'être mieux connus de tous les participants aux collectives de ski de rando que nous organisons.

Martine Champelovier et Bernard Pouliquen, en recyclage ensemble en tant que responsable des Mardi Manchots et du ski rando WE ont souhaité faire un petit article pour détailler 4 points rappelés lors de ce stage

 

    Tout d'abord parmi les obligations de l'encadrant, une concerne la vérification de l'aptitude des participants.

Sujet complexe, lorsque l'on ne connait pas le participant, mais qui a progressé avec le niveau d'allure demandé en m/h pour les participants et l'historique des courses du participant avec notre club.

Le participant y contribue car une de ses obligations est de s'assurer que la difficulté physique et technique de la sortie est compatible avec ses propres capacités et son propre niveau.

Alors, ne soyez pas surpris si les encadrants vous posent des questions pour certaines courses ou quand ils ne vous connaissent pas.

 

     Le deuxième élément clé concerne la conduite de la course. En discutant avec le commandant en second du PGHM de Bourg Saint Maurice, je lui ai demandé quels étaient selon lui les principaux enseignements suite à leurs enquêtes sur les causes des accidents. Une réponse a été : un manque de consignes claires au moment critique.

Tout cela pour dire que nous encadrants devont encore progresser pour donner des consignes plus claires lors des courses (pas uniquement au démarrage, mais aussi lors des passages clés et au départ du sommet) et.... ne pas avoir " honte" de les donner.

Cela suppose une communication fiable : l'encadrant communique, le participant accuse réception et l'encadrant vérifie l'acquiescement.

Le pendant est l'obligation des participants (de tous les participants de la sortie quelles que soient leurs formations) : respecter impérativement les consignes de l'encadrant.

Bien sûr, cela ne signifie pas qu'avant décision, le participant soit un mouton et n' ait pas demandé des précisions ou contribué par son observation pertinente à apporter des éléments factuels.

 

Le troisième élément concerne le matériel et une autre obligation du participant : posséder le matériel et l'équipement adapté à la sortie (selon la fiche de sortie) et s'assurer qu'il est en bon état et parfaitement fonctionnel (skis et fixations, peluches, DVA, sonde et pelle en état).

Fonctionnel signifiant : le participant a vérifié lui-même et sait le faire fonctionner.

 

    Le quatrième élément clé est, en cas d'accident, la rapidité d'intervention pour localiser un avalanché : le standard applicable est moins de 10 mn pour le sondage de 2 victimes. Excercice qui demande un bon entrainement régulier pour tous les participants et encadrants.

Ce qui nous conforte dans notre décision d'avoir rendu cet exercice annuel obligatoire pour tous les participants de randos cette année et montre encore les progrès à faire.

 

Description de l'atelier type de recherche DVA individuelle et de sondage en stage d'initiateur

Recherche DVA individuelle chronométrée, sur un atelier de 80m x 80m environ (mini 50m x 50m). La zone est délimitée et matérialisée par des bâtons ou traces dans la neige ou éléments naturels ou autres signes visibles. La pente est entre 20°et 30°avec une zone de dépôt plus plate (s'adapter selon le lieu). La zone peut comporter quelques obstacles (arbres, rochers) très épars. Configuration des 2 DVA : les 2 DVA en mode émission sont placés chacun dans un sac à dos de randonnée (environ 35l) et les sacs à dos sont ensevelis dans la zone délimitée (choix des 2 lieux par les formateurs) sous environ 1m de neige (pas moins de 50cm) et ne doivent pas être à moins de 4 m l'un de l'autre. Entrée dans l'atelier par le haut (porte d'entrée matérialisée par 2 bâtons) de telle sorte qu'au début de la recherche aucun signal DVA n'est capté (mise en œuvre des 3 phases de recherche). Déclenchement du chronomètre au franchissement de la porte d'entrée, toucher de sonde du DVA 1 (prendre le temps intermédiaire pour le DVA1) et arrêt du chrono au toucher de sonde du DVA 2. Evaluation : le temps maximum accepté est de 10mn (du franchissement de la porte d'entrée au toucher de sonde du 1er DVA puis du 2ème DVA) avec une tolérance de 2 essais. Après échec au 1er essai, un échec au 2ème essai est ELIMINATOIRE pour l'obtention du brevet d'initiateur.

 Pour ceux qui ont lu avec attention jusqu'au bout, bravo.

Les commentaires sont bienvenus.

 

Bernard et Martine

 

ont participé au stage Chantal, Dominique, Martine, Mathieu, Thierry et Bernard