De Pré grandu à Chaumailloux avec les pulkas

le 23 mars 2020 , par Philippe FAUCHEUX , 248 vues

Ce raid en autonomie sur les hauts plateaux du Vercors avait comme premier objectif la mise en jambe (et le test) des participants d’un des groupes qui va arpenter la Norvège en mars prochain (cheffes d’expé Chantal de Larnage et Brigitte Travers). A ce petit groupe de 5 futurs voyageurs se sont ajoutés 9 autres randonneurs séduits par l’itinéraire et rassurés par les petites chutes de neige intervenues durant la semaine précédente. Pratiquant occasionnel de ce type d’expédition je suis toujours impressionné par le soin et la précision mis par les organisatrices dans la préparation du périple car rien n’est laissé au hasard : réservation des refuges, achat des repas collectifs, préparation de l’itinéraire et organisation du transport. Pour les novices c’est sacrément rassurant et cette préparation bien rodée plutôt que de contraindre les participants leur permet d’apprécier tous les moments de la randonnée. Arrivés de façon échelonnée à la cabane de Pré Grandu vendredi entre 17 h et 21 h , nourris de soupe et de Crozets, légèrement émoustillés par différents breuvages, nous nous sommes endormis bercés par les ronflements de quelques un(e)s. Départ donné à 8 h 15 le lendemain (pas mal à 14 !) nous croisons assez vite un randonneur encore plus matinal. L’itinéraire serpente dans la forêt, passe par la ferme Gerland puis la grande Cabane où le randonneur croisé ce matin a passé la nuit entouré d’une horde de loups comme le prouve les nombreuses traces aperçues alentours. Nous poursuivons jusqu’à Pré Peyret et profitons du soleil pour pique niquer avant d’attaquer la partie la plus escarpée le long des crêtes qui dominent la plaine de Die jusqu’au col de Pison. Après 5 heures de marche (effectives) pour 16 km et 350 m de D+ (dixit le GPS) , malgré une neige bien collante nous arrivons à la bergerie et au refuge de Chaumailloux face au Mont Aiguille, le vent a forci et la météo se fait plus menaçante, peut importe la journée a été splendide. Faute de places dans la bergerie, que nous partageons avec un groupe de l'agence Grand Angle, 4 d’entre nous dormirons dans le refuge hexagonal de Chaumailloux tandis que je teste la nuit sous tente. Le lendemain le ciel est voilé mais la visibilité est bonne et nous partons en direction des Carrières Romaines atteintes via la Jasse de Peyre Rouge. Pour Dominique et moi ce sera le retour par la combe de Queyrie alors que le reste du groupe dort une nouvelle nuit à Chaumailloux avant le retour prévu le lendemain. Un grand merci pour ce magnifique itinéraire, pour l’organisation parfaite, bravo à tous pour l’ambiance et à bientôt pour le CR du périple en Norvège. Philippe Faucheux